Témoignages

Présidents juniors

Nicolas Robveille, président du CGJ 2011/2012
C'est la fin de mon mandat en tant que président du CGJ. Je dois dire que cela a été une très grande expérience que je n'oublierai jamais. En effet, ce rôle m'a apporté beaucoup de choses comme le sens des responsabilités, la facilité avec la parole et surtout de la maturité. Au début, cela n'a pas été facile et puis je m'y suis fait très vite et j'ai adoré passer cette année en tant que président. J'en garderai un très bon souvenir et continuerai a m'investir dans le CGJ. Merci beaucoup pour cette super année passée avec vous.

Charles Prévôt, président du CGJ 2010/2011
Que dire de plus si ce n'est que le CGJ apporte beaucoup. De la joie avec tous ces élus avec qui on partage, et on rigole. Du courage... hé oui il en faut au début pour réussir à parler dans le micro lorsque l'on sait qu'on est filmé d'en haut ! Il apporte aussi une belle leçon de vie : les projets sur la solidarité, les droits de l'enfant, l'écologie... ne cessent de nous remettre en question. Il nous fait découvrir à travers ces projets et "ateliers découverte" des choses, des hommes, la vie. 
Certain pourront dire que j'en fait de trop et d'autre pas assez mais on vit cette aventure comme on le veut et je vous souhaite de la vivre aussi bien que moi et mes acolytes. Je pense que je peux vous affirmer tout cela lorsque que l'on a pu vivre dans la peau d'un élu et celle d'un président.

Théo Bonnerue, président du CGJ 2008/2009
Il n’y a pas de candidat type, nous ne sommes pas tous les meilleurs élèves de la classe ! Il faut de la bonne volonté, de la bonne humeur, l’envie de faire bouger les choses. Quand on prend une décision au CGJ, le but c’est d’impliquer les autres collégiens dans nos projets. Il faut donc que les élus osent parler devant leurs camarades, sachent les mobiliser pour une cause. Mais il n’est pas interdit d’être un peu timide non plus ! Alors n’ayez pas peur, rejoignez-nous !

Anaïs Drancourt, présidente du CGJ 2004/2005
Ce qui m’a motivé pour être conseillère général junior c’est de monter des projets, d’apprendre et de pouvoir nous même nous investir plus dans la société à notre âge. J’ai voulu me présenter comme présidente pour avoir plus de responsabilités, m’intégrer plus et me prouver à moi-même que j’étais capable de devenir présidente.

Présidents de commission

Maxime Meunier, Président de la Commission Sud-Sarthe 2004/2005

Je me souviens de la première assemblée plénière à l'abbaye de l'Epau. On est très impressionné au début par la solennité des lieux, par l'attention qu'on nous porte. C'est un peu ce que je retiens de mon mandat : je me suis rendu compte que ce que j'ai à dire peut être imoprtant ! C'est très épanouissant et encourageant.

Martin Veaudor, Président de la Commsision Communication 2001/2002

On a vraiment aimé la possibilité de s'exprimer, les visites, l'ambiance sympa, les débats à l'assemblée plénière et les différents points de vue exprimés.
On a aimé également élaborer le journal des jeunes, faire plusieurs numéros cette année, modifier le site Internet et donner nos idées.
On a aimé aussi l'organisation du Conseil général des Jeunes et l'encadrement de notre travail.

Membres du CGJ

Laura Simon

Ce que le CGJ nous a apporté ? Une très bonne expérience, apprendre à avoir des responsabilités, et surtout nous avons appris à nous exprimer. Merci au Conseil général pour cette initiative en faveur des jeunes !

Ludivine Engoulvent

On a regretté que tous les collèges ne soient pas représentés à toutes les réunions pour cause d'absentéisme : l'élection est aussi un engagement pour celui qui est élu.
On a regretté aussi qu'il n'y ait pas assez de réunions du Conseil général des Jeunes dans l'année.
Egalement, nous avons trouvé très regrettable que certains collèges refusent de participer à l'opération " tous avec le MSB à Antarès ", et que d'autres ne participent pas, malgré de nombreuses inscriptions de collégiens, faute de trouver au sein des établissements un adulte volontaire pour accompagner le groupe.
Enfin, on regrette toujours que certains collégiens élus n'aient pas suffisamment accès à la salle informatique du collège : les ordres du jour, le forum de discussion, le site Internet du Conseil général des Jeunes sont autant d'outils de travail pour eux.

Virginie Collet

On a moins aimé que les actions prennent du temps à se mettre en place, et que certaines du coup soient annulées par manque de temps.

Jérémy Hodebourg

On souhaite que les prochains conseillers généraux soient plus assidus. Même si leur absence n'a pas vraiment perturbé nos travaux, nous avons trouvé dommage que certains collèges ne soient pas associés du fait de l'absence de leurs représentants.



 
 

Vous êtes sur un site du portail www.sarthe.com